Avec l’entrée en vigueur des passeports sanitaires, il sera plus facile cet été de voyager en Pologne. Une belle occasion pour découvrir les collections de ses musées et galeries d’art. Voici une sélection des plus beaux musées polonais.

  1. Musée national de Poznań

Le Musée national de Poznań vaut la visite pour sa collection de peinture polonaise de la seconde moitié du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

Le musée abrite la plus grande collection de l’œuvre de Jacek Malczewski, considéré comme le fondateur du symbolisme polonais. Les tableaux de Józef Chełmoński, des frères Gierymski ou encore d’Olga Boznańska, exposés également au musée de Poznań, constituent un panorama de l’art polonais du XIXe et XXe siècle, entre les grands courants de l’art européen et les motifs ancrés dans le paysage culturel polonais.

Parmi les œuvres remarquables présentés dans le musée il y a le tableau de Józef Pankiewicz « Marché aux fleurs devant l’église de la Madeleine à Paris » . Créé à l’origine dans l’esthétique réaliste, il a été repeint par Pankiewicz et couvert de couleurs plus vifs, sous l’influence de l’œuvre de Claude Monet que le peintre polonais a découvert à Paris. « Marché aux fleurs devant l’église de la Madeleine à Paris » qui représente ainsi l’ambiance d’un marché parisien ensoleillé, est considéré comme le premier tableau impressionniste polonais.

2. Musée national de Gdańsk

Les amateurs d’art ancien devraient prendre la direction de Gdańsk. L’édifice gothique de l’ancien couvent franciscain abrite le musée qui présente la collection des tableaux, dessins et estampes des grands maîtres européens du XVe jusqu’au début du XIXe siècle. Parmi eux, le triptyque « Le Jugement dernier » de Hans Memling ainsi que les œuvres d’autres maîtres flamands tels que Peter Brueghel le Jeune ou Paul Vredeman de Vries.

Les dessins et estampes constituant la collection du musée, représentent toutes les écoles européennes du XVe au XIXe siècle. Les estampes de Rembrandt font partie de l’exposition permanente du musée.

Le musée présente aussi le travail des artistes attachés à Gdańsk (comme les peintres baroques Daniel Schultz et Andreas Stech), ainsi que les œuvres des artistes étrangers commandées par la ville de Gdańsk ou par la noblesse locale.

Outre le bâtiment principal le musée dispose de plusieurs sites dont l’un, Zielona Brama, situé au cœur de la vieille ville de Gdańsk, accueille des expositions temporaires. Du 10 juillet au 19 septembre, dans le cadre de l’exposition consacrée à la peinture flamande, y seront présentés les œuvres provenants de collection du Château du Wawel à Cracovie et du Musée national de Gdańsk.

3. Villa Oksza à Zakopane

Située au pied des Tatras, la région de Podhale, avec ses paysages époustouflants et sa culture montagnarde a beaucoup inspiré les artistes polonais et sa ville la plus connue, Zakopane, est devenue à la fin du XIXe siècle un centre de vie artistique liée aux mouvements de Jeune Pologne.

Les artistes attachés à la région ainsi qu’à la vie culturelle de Zakopane sont mis à l’honneur dans la Galerie d’Art du XXe siècle, qui se trouve dans villa Oksza. Ce magnifique bâtiment en bois, richement orné, exemple d’architecture typique de Zakopane, est l’un des sites du musée des Tatras. La galerie présente la vie artistique de Zakopane à la fin de XIXe et au début du XXe siècle et expose les œuvres des artistes puisant leur inspiration dans la région de Podhale.

Dans la collection de galerie se trouvent des tableaux, sculptures, photographies et objets d’art décoratif des artistes tels que le peintre réaliste Leon Wyczółkowski ou Rafał Malczewski qui a mis le motif des Tatras au centre de son œuvre. Une partie de l’exposition est consacrée à l’œuvre de Stanisław Ignacy Witkiewicz, le symbole de la vie artistique de Zakopane ; l’artiste surprenant dans tous les domaines de sa création, connu pour ses tableaux expressifs à la limite de l’abstraction, mais aussi l’auteur des paysages classiques.

La collection de villa Oksza montre le caractère et la beauté de Podhale à travers la création des artistes que la région a inspirés.

4. Galerie d’art polonais du XIXe siècle à Cracovie

La Galerie d’art polonais du XIXe siècle, faisant partie du Musée national de Cracovie, se trouve dans l’un des bâtiments les plus emblématiques de Cracovie : Sukiennice (Halle aux Draps) situé au centre de Place du Marché et inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

L’œuvre de Jan Matejko, qui a vécu à Cracovie, occupe une place importante dans la collection du musée. Grâce à ses représentations gigantesques des scènes de batailles et des motifs historiques, il est considéré comme l’un des plus importants peintres polonais et l’un des personnages majeurs œuvrant pour l’affirmation de l’identité polonaise par la culture à l’époque des partages de la Pologne.

Des artistes qui utilisaient dans leur création des motifs renvoyant à l’histoire, tradition et culture polonaise sont largement représentés dans les collections du musée. La représentation allégorique de l’insurrection de 1863 par Artur Grottger ou les portraits de jeunes Polonais en tenue traditionnel, peints par Aleksander Gierymski, font partie de l’exposition permanente.

La visite au musée est donc une opportunité de voir comment les motifs ancrés dans la culture polonaise s’inscrivent dans l’œuvre de grands maitres de la peinture polonaise.

Le musée présente aussi des œuvres aux thématiques très variées mais toujours témoignant du caractère de la peinture polonaise, des artistes tels que Piotr Michałowski, Anna Bilińska-Bohdanowicz ou Władysław Podkowiński.

Raison de plus d’aller dans ce musée : la terrasse du site avec une vue panoramique sur la Place du Marché.

5. Château d’Ujazdów à Varsovie

Les amateurs d’art contemporain vont apprécier le Centre d’Art Moderne à Varsovie. Situé dans le bâtiment baroque du château d’Ujazdów, le musée propose des expositions autour des artistes contemporains polonais et étrangers, comme Paweł Althamer, Joseph Kosuth ou Christian Boltanski.

Les œuvres de célèbre sculptrice polonaise Magdalena Abakanowicz, y sont également exposées.

Jusqu’à 26 septembre, le château abrite l’exposition « …Idź » qui fait dialoguer les installations de Jacek Adamas avec les poèmes de Zbigniew Herbert, auteur de « Monsieur Cogito » .

La visite du Centre d’Art Moderne est une bonne opportunité pour profiter du beau cadre où il se situe, près du Parc Łazienki, le plus grand parc de Varsovie, créé dans le style baroque.

6. Musée national de Varsovie

Dans le bâtiment principal du Musée national de Varsovie deux galeries méritent particulièrement la visite : la galerie Faras et la galerie de l’art du XIXe siècle.

La galerie Faras est la seule en Europe à exposer des œuvres d’art nubien d’époque chrétienne. Les objets viennent du site de Faras, à proximité de la frontière entre le Soudan et l’Égypte, où les archéologues polonais menaient des recherches dans les années 1960. C’est grâce à leur travail, qui a permis de découvrir les vestiges de la cathédrale du VIIIe siècle, que le musée peut aujourd’hui exposer de magnifiques fresques retrouvées dans la cathédrale. Outre les objets venant du site archéologique, les visiteurs peuvent aussi voir la reconstruction en 3D de l’intérieur de la cathédrale de Faras.

La galerie de l’art du XIXe siècle expose notamment la peinture polonaise mais également des œuvres des plus grands artistes internationaux, comme Paul Signac ou Gustave Courbet. La galerie met en valeur la variété de l’art polonais du XIXe siècle, de peinture historique de Jan Matejko, avec notamment le tableau monumental « La bataille de Grunwald » , à l’œuvre de Władysław Ślewiński, le peintre polonais de l’École de Pont-Aven.

Jusqu’au 10 octobre, le musée abrite l’exposition consacrée à Anna Bilińska. L’œuvre de la première artiste féminine polonaise à avoir eu une carrière internationale est le plus souvent associée aux portraits. Cependant, outre ses portraits exceptionnels, l’exposition met aussi en lumière d’autres aspects de sa création, avec notamment ses tableaux de paysages, créés pendant son séjour en Nouvelle-Aquitaine.

L’œuvre de cette peintre du XIXe siècle fascine autant que son personnage. L’exposition raconte la carrière d’Anna Bilińska, ses débuts à Varsovie et sa formation à l’Académie Julian à Paris, les obstacles qu’elle a rencontrés, y compris ceux liés aux normes sociales et à l’accès difficile à la formation artistique pour les femmes au XIXe siècle, ses succès au Salon de peinture et de sculpture à Paris et ses expositions en France et à l’étranger.

Julia Mistewicz