14.01.2024 Événements, Littérature

Portrait d’écrivains polonais – Marek Hłasko

14 janvier 2024 – À l’occasion du 90e anniversaire de la naissance de Marek Hłasko, retour sur cet écrivain méconnu en France.

Marek Hłasko, Berlin, 1960, photo: Friedrich / Interfoto / Forum
Marek Hłasko, Berlin, 1960, photo: Friedrich / Interfoto / Forum

La biographie de Hłasko est fortement mythifiée, et beaucoup de légendes sur sa vie se sont répandues elles-mêmes.

Marek est né à Varsovie, fils unique de Maciej Hłasko et de Maria Łucja, née Rosiak. Il vit d’abord avec ses parents à Złotokłos, puis ils déménagent à Varsovie. Dans la famille Hłasko, les enfants étaient baptisés relativement tard, c’est pourquoi le futur écrivain n’est baptisé que le 26 décembre 1935. On raconte que lors de la cérémonie de baptême, lorsqu’on lui a demandé s’il renonçait aux mauvais esprits, Marek aurait répondu « Non », signifiant déjà sa force de caractère.

Hłasko a trois ans lorsque ses parents divorcent en 1937. Maciej se remarie un an plus tard mais meurt le 13 septembre 1939, alors que son fils unique n’a que cinq ans. La guerre a laissé son empreinte sur le psychisme de Marek : plus tard, il écrira « il est évident pour moi que je suis un produit de la guerre, de la famine et de la terreur ; c’est la raison de la pauvreté intellectuelle de mes nouvelles. Simplement, je n’arrive pas à imaginer une histoire qui ne se termine pas par une mort, une catastrophe, un suicide ou un emprisonnement. Certains m’accusent de faire semblant d’être un homme fort. Ils ont tort. Au début de la Seconde Guerre mondiale, la mère de Hłasko travaillait au secrétariat de direction de la centrale électrique de Varsovie. Pendant l’occupation, elle a été licenciée et a tenu un stand de nourriture jusqu’au début de l’insurrection de Varsovie. La situation financière de la famille s’est alors détériorée. C’est à cette époque que Marek a commencé ses études ; cependant, tous les documents susceptibles de fournir des informations sur ses études ont été détruits pendant l’insurrection de Varsovie. Parmi les écoles qu’il a fréquentées, il y en avait une près de l’usine St. Kazimierz, dans la rue Tamka. Pendant l’insurrection de Varsovie, Marek est resté avec sa mère à Varsovie et, à la fin de l’insurrection, ils ont déménagé à Częstochowa dans la maison d’un ami. En mars 1945, Maria et son fils déménagent à Chorzów et deux mois plus tard à Białystok, où elle s’installe chez Kazimierz Gryczkiewicz. Début 1946, Gryczkiewicz, Maria Hłasko et Marek s’installent à Wrocław.

Au cours de l’été 1946, Marek Hłasko rejoint les scouts de Wrocław. Pour devenir membre de la troupe, Marek, avec l’accord de sa famille, a menti sur sa date de naissance en indiquant 1933. Plus tard, il est renvoyé des scouts en raison de son manque d’assiduité aux réunions. Marek travaille comme messager au Congrès mondial des intellectuels pour la paix, qui se tient en août 1948 à Wrocław.

La scolarité de Marek se révèle être difficile. Dans sa biographie de Hłasko, Andrzej Czyżewski écrit : « Marek a commencé son éducation à l’âge de six ans et demi. Pendant ses années d’école, il a toujours été l’un des plus jeunes élèves de la classe. Pour ne rien arranger, il avait une apparence enfantine. Il ne pouvait donc pas faire étalage de ce qu’un garçon de l’école primaire fait pour impressionner les autres : la force, l’adresse et la maturité. Il compensait cela par de l’audace, de la témérité et de l’agressivité, même à l’égard de ses professeurs. En conséquence, il n’a eu que très peu de camarades de classe et a toujours été un étranger ». En juin 1948, il obtient son diplôme à l’école primaire Maria Konopnicka de Wrocław.

À l’âge de 16 ans, il obtient son permis de conduire et commence à travailler comme chauffeur de camionnette. Le 28 septembre 1950, il est condamné par le tribunal à deux mois de travail pour indiscipline. Après avoir purgé sa peine, il change d’emploi.

Du 15 novembre 1950 au 1er janvier 1951, il travaille dans un dépôt de transport. Les expériences qu’il y a vécues l’ont inspiré plus tard pour écrire un roman, Następny do raju (Prochain au paradis). En janvier 1951, il s’installe à Varsovie avec sa mère et son beau-père. Hłasko enchaîne les petits boulots et c’est l’écriture qui lui permet d’échapper à cette activité abrutissante. Sa carrière littéraire débute en 1951, lorsqu’il écrit Baza Sokołowska, son premier recueil de nouvelles.

Cette publication lui permet de faire son entrée au Sztandar Młodych, un quotidien publié en Pologne, en 1954. Il est rapidement reconnu comme l’un des écrivains les plus talentueux de la jeune génération. Cependant, l’entrée dans le cercle littéraire s’accompagne d’un développement de son alcoolisme, qui devient de plus en plus prononcé.

Il gagne en notoriété et en popularité grâce à son style de travail original ainsi qu’à son comportement et à ses vêtements non conventionnels. Il est devenu une figure légendaire de la jeune génération, un symbole de non-conformisme. Derrière son profil de beau garçon, se dissimulait une sensibilité excessive et des incertitudes. Il était enclin à la dépression et n’arrivait pas à s’adapter à la réalité du quotidien. La tendance de Marek à se quereller contraste avec l’opinion positive que ses amis ont de lui.

En 1958, il se rend à Paris, et s’installe à la maison de « Kultura » de Maisons-Laffitte. La presse le qualifie alors de James Dean d’Europe de l’Est, car Hłasko lui ressemble étrangement. Hłasko se prête au jeu : il vandalise des pubs et des restaurants. À cette époque, il connait un succès international. Néanmoins, préférant la vie de vagabond, il quitte pour se rendre en Allemagne, puis en Italie.

Zofia Hertz, Jerzy Giedroyc et Marek Hłasko, Maisons-Laffitte, 1958, photo: Henryk Giedroyć/Instytut Literacki
Zofia Hertz, Jerzy Giedroyc et Marek Hłasko, Maisons-Laffitte, 1958, photo: Henryk Giedroyć/Instytut Literacki

La publication de Cmentarze (Les Cimetières), un roman critique à l’égard du socialisme d’État, dans le mensuel parisien de langue polonaise Kultura, provoque une campagne de presse négative contre lui en Pologne. Sa demande de renouvellement de passeport ayant été rejetée, Hłasko demande l’asile politique en Allemagne de l’Ouest. Au bout de trois mois, il change d’avis et tente de retourner en Pologne. Cependant, alors qu’il attend une réponse du gouvernement polonais, il décide de se rendre en Israël en 1959. Il ne pouvait pas vivre sans la Pologne, tout en étant dans l’impossibilité d’y retourner. Il mène une vie nomade, ses publications lui assurant un revenu régulier. En 1960, il finit par s’installer en Allemagne avec sa femme, l’actrice allemande Sonja Ziemann.

En 1963, il passe un mois en prison car, ivre, il se dispute avec la police. En 1964, il tente à deux reprises de se suicider. Entre 1963 et 1965, il passe au total 242 jours dans des cliniques psychiatriques. En 1965, il divorce de sa femme et en 1966, avec l’aide de Roman Polański, il s’installe à Los Angeles. Censé écrire des scénarios, Marek ne parvient pas à s’acclimater. Une liaison avec Betty Utley, l’épouse du réalisateur Nicholas Ray, met fin à sa carrière de scénariste. À la place, il obtient une licence de pilote.

En décembre 1968, au cours d’une de ses fêtes, il pousse le pianiste et jazzman Krzysztof Komeda du haut d’un balcon. Cet accident, provoquera son décès quatre mois plus tard. Hłasko devait dire : « Si Krzysztof meurt, j’irai avec lui ». En 1969, il revient en Allemagne.

Marek Hłasko et Krzysztof Komeda, Beverly Hills, 1968, photo: Niziński / IWL
Marek Hłasko et Krzysztof Komeda, Beverly Hills, 1968, photo: Niziński / IWL

Il meurt à Wiesbaden à l’âge de 35 ans. Les circonstances de sa mort restent inconnues.

Ses œuvres en prose expriment ses objections au conformisme et à l’hypocrisie de la littérature réaliste socialiste. Il a écrit sur les protestations de nature morale.

Dans ses œuvres, il dépeint la vie des classes inférieures comme dominée par le désespoir et le cynisme. Ses personnages rêvent de changements qui s’avèrent vains.

La publication de ses œuvres a été interdite en Pologne pendant 20 ans.

Il est également co-scénariste de films tels que Koniec nocy (1957), Le nœud coulant (Pętla) (1957), Spotkania (1957), Ósmy dzień tygodnia (1958) et Baza ludzi umarłych.

Ouvrages disponibles en français :

  • À acheter d’occasion :
    Converti à Jaffa (Nawrócony w Jaffie)
    La mort du deuxième chien (Drugie zabicie psa)
    Le Dos tourné (Wszyscy byli odwróceni)
    L’Impossible Dimanche (Le Huitième Jour de la Semaine)
    Le Premier Pas dans les Nuages (Pierwszy krok w chmurach)

Cinéma
À l’occasion du cycle cinématographique MARDIS POLONAIS : Ils ont écrit le cinéma actuellement en cours, deux adaptations sur le grand écran de Marek Hłasko seront diffusées :

« Huitième Jour de la semaine » / « Ósmy dzień tygodnia »
Aleksander Ford (d’après la nouvelle de Marek Hłasko)

« Les Voies maudites » / « Baza ludzi umarłych »
Czesław et Ewa Petelski (d’après la nouvelle de Marek Hłasko)

Sonja Ziemann et Zbigniew Cybulski dans le Huitième Jour de la semaine
Planifié Événements Littérature

KRZYSZTOF WODICZKO AU VIDEO MAPPING FESTIVAL 🗓

Cette année, l'invité spéciale du Festival, Krzysztof Wodiczko a donné une conférence au cours de laquelle il a présenté certaines de ses œuvres dans l'espace public.
04 04.2024 06 04.2024 Arts visuels, Événements, Événements passés

THE BEST OF KROKE 🗓

Concert dans le cadre du Festival des Cultures Juives
19 06.2024 Événements, Musique

Inauguration du Festival du Livre 🗓

Tentez de gagner des invitations à la soirée d’inauguration du Festival
11 04.2024 Littérature