24.03.2021 Histoire

Journée nationale polonaise de commémoration des Polonais ayant sauvé des Juifs sous l’occupation allemande

Durant la période de la Seconde Guerre mondiale, le régime nazi a assassiné des millions de Juifs, en Allemagne, ainsi que dans les pays sous occupation allemande. Les non-juifs ont été témoins d’atrocités contre leurs voisins et leurs collègues. Cacher ou aider les Juifs, de quelque manière que ce soit, était sanctionné. Selon les pays, cela pouvait entraîner des violences physiques, des emprisonnements et, dans de nombreux cas, la peine de mort. Beaucoup ont observé passivement ou même profité de la situation désespérée des Juifs, mais certains leur ont apporté de l’aide de manière désintéressée. Parmi eux se trouvaient des personnes de toutes les classes sociales : ouvriers d’usine et médecins, couturières et aristocrates, paysans et artistes. Ils utilisaient tous les moyens à leur disposition, et parfois au péril de leur vie, pour aider ceux qui étaient dans le besoin.

L’un d’entre eux était Aleksander Ładoś, l’ambassadeur polonais en Suisse pendant la Seconde Guerre mondiale. Ładoś et ses associés ont sauvé des milliers de Juifs de la mort en leur fournissant de faux passeports latino-américains. Bien que Ładoś se trouvait en Suisse neutre, qui était aussi loin des lignes de front que possible en 1941 en Europe, il y a mené une bataille secrète pour sauver des milliers de Juifs de l’Holocauste. En trois ans d’opération, le groupe Ładoś a délivré de faux documents à 10 000 personnes, faisant de cette opération de sauvetage l’une des plus importantes de la Seconde Guerre mondiale. Le groupe Ładoś était dirigé par Ładoś et était composé de diplomates polonais et de militants juifs. Son siège était à Berne. Le groupe a falsifié des passeports sud-américains, principalement paraguayens, qui ont ensuite été transmis en contrebande aux personnes dans le besoin. Au début de l’opération, la majorité des bénéficiaires étaient des Juifs polonais, puis elle s’est étendue à un nombre important de personnes originaires des Pays-Bas et d’Allemagne. Certains passeports ont également été délivrés à des citoyens d’Autriche, de Tchécoslovaquie, de France, de Belgique, d’Italie et de Suisse. Au début, le groupe a gardé ses activités secrètes, mais en mai 1943, le ministère polonais des Affaires étrangères était au courant de l’opération et l’a encouragée.

Cette semaine, vous pouvez regarder un court métrage, “Righteous Diplomacy”, consacré aux efforts du groupe Ładoś, et d’autres diplomates, pour faciliter la fuite des Juifs vers la sécurité.

Projet mis en œuvre par European Network of Rememberence and Solidarity 

 

Scheduled Histoire