1.10.2021 Actualité, Arts, Film, Théâtre

L’art difficile de filmer la danse. “Entre classicisme et expérimentation : le film de danse en Pologne dans les années 1970″

Le International Dance Film Festival – L’art difficile de filmer la danse se focalise sur la relation spécifique entre la danse et le film. La sélection de films récents comporte des films et documentaires proposés par des réalisateurs, des chorégraphes, des artistes visuels, réalisés dans le courant des deux années ayant précédé l’édition du festival.

Pour les films historiques, un nouveau thème est choisi chaque année. Celui de 2021 fait honneur à la Pologne et nous vous invitions à en découvrir le contenu ci-dessous.


Le programme dédié aux films polonais sera visible

à la Cinematek (Rue Baron Horta 9)

le vendredi 1er octobre 2021

à partir de 17h

Vous pouvez consulter le programme ici.


Séance de 17h

La séance des films polonais ouvre le mélodrame muet “Bestia /La Bête/ The Polish Dancer” avec Pola Negri, réalisé en 1917 par Alexander Hertz.

Séance de 19h

Entre classicisme et expérimentation : le film de danse en Pologne dans les années 1970

est le premier programme qui traite des inspirations mutuelles du cinéma d’avant-garde polonais et de la danse à cette époque. Les sept courts métrages sélectionnés pour le programme présentent diverses approches de l’exploration de la danse et du mouvement par le biais du film, des documentaires aux expériences formelles de l’art vidéo et du film d’animation. 

Siedem kobiet w różnym wieku” / “Sept femmes d’âges différents” de Krzysztof Kieślowski est un  reportage-portrait de sept danseuses à différentes étapes d’une carrière de ballet typique, et une représentation métaphorique d’un mode de vie spécifique, conditionné par l’art. En exprimant la tension entre les traits individuels et universels des danseuses, le film ressemble à une parabole dans laquelle chaque mot et chaque image sont chargés de signification, se combinant en un chef-d’œuvre miniature.

Le programme comprend également des enregistrements de chorégraphies des pionniers de la danse-théâtre en Pologne, dans lesquels la caméra et le montage dialoguent activement avec le mouvement. Largement considéré comme une pièce emblématique du répertoire du Polish Dance Theatre / Polski Teatr Tanca – Ballet de Poznań de l’époque, le néoclassique “Adagio” chorégraphié par Conrad Drzewiecki a été capturé sur pellicule par Grzegorz Lasota, qui l’a porté à un autre niveau de composition pour l’écran. De son côté, la chorégraphie “Duet miłosny” / “Duo d’amour” de Janina Jarzynówna Sobczak, filmée par la documentaliste Jadwiga Żukowska, est un jeu audacieux et subversif avec le cadrage et la perspective. 

Le programme reconnaît également la tradition du film expérimental polonais. Du point de vue de la danse d’aujourd’hui, on est incité à réinterpréter les relations entre les éléments filmiques respectifs et le mouvement au sens large (y compris celui de la caméra). L’interprétation d’une pièce donnée en tant que film de danse peut être indépendante de sa forme ou de son genre, car elle est définie par la présence de caractéristiques compositionnelles spécifiques (par exemple, celles liées au montage vidéo ou sonore) plutôt que par l’activité filmée. 

La pièce “Idę”(Je vais) de Józef Robakowski peut servir d’exemple. Réalisé à l’époque de l’Atelier de la forme cinématographique, ce court métrage de 3 minutes, en un seul plan, capture l’ascension par Robakowski des 200 marches d’une tour de parachute. Attachée au corps de l’artiste, la caméra enregistre des images aléatoires tout en enregistrant son souffle rapide et sa voix bouffie, ce qui équivaut à un témoignage mécanique de l’expérience somatique. 

Dans le cas de Zbigniew Rybczyński, le mouvement sert de point d’observation pour l’exploration des capacités techniques du médium filmique. “Take Five”, la pièce de diplôme de Rybczyński développée à l’école de cinéma de Łódź, présente une “danse” particulière entre deux personnages qui, de manière interchangeable, se rapprochent et s’éloignent l’un de l’autre. Rybczyński dirige l’attention du spectateur sur l’image par une rythmisation impeccable du mouvement dans le cadre avec un montage vidéo au son du morceau emblématique de Dave Brubeck. Le film culmine dans une exposition itérative, qui a également été employée (bien que dans une moindre mesure) par Rybczyński dans “Kwadrat“. 

La juxtaposition de ces deux pièces avec la marque de fabrique de Rybczyński, “Tango”, premier Oscar polonais dans la catégorie des films d’animation, montre l’évolution de l’œuvre du réalisateur dans un contexte plus large de cinéma d’avant-garde. 

Séance de 21h

Ce programme se termine par “La classe morte” de Tadeusz Kantor dans l’adaptation cinématographique d’Andrzej Wajda. Le sujet de cet enregistrement cinématographique est la première version de « La classe morte » de Tadeusz Kantor, une séance de spiritisme exprimée en langage cinématographique. Dans le cas d’un enregistrement filmé d’une performance, le choix des plans, la composition des cadres et les rythmes des procédures de montage font que la question de la paternité change rarement fondamentalement, mais devient toujours plus complexe. Le spectateur accède de manière différente à l’œuvre théâtrale, perdant et parfois gagnant quelque chose dans le processus. Dans le cas de l’enregistrement de The Dead Class, il y a eu une collaboration de maîtres, d’individus, qui a donné au film une qualité unique. Malgré les enregistrements successifs de The Dead Class, le monde entier, quarante ans plus tard, regarde toujours ce même enregistrement”. Un enregistrement unique de la performance de Tadeusz Kantor a ete réalisée en 1976 par Andrzej Wajda lors de sa présentation à la galerie Krzysztofory de Cracovie.

Scheduled Actualité Arts Film Théâtre