6.12.2021 Actualité, Musique

‘Un concours de piano extra-ordinaire’ Le Concours International de Piano Frédéric Chopin à Varsovie aux yeux d’une historiene de la culture. Par Ada Arendt.

Depuis plus d’un siècle, le Concours international Frédéric Chopin fait partie du paysage culturel polonais et constitue un point de convergence de la scène musicale en Pologne. Cet événement, se tenant tous les cinq ans, est suivi par le grand public à la fois en ligne, à la radio et à la télévision, est l’un des plus anciens, ainsi que l’un des rares concours monographiques au monde uniquement consacré à la production musicale d’un seul compositeur.

Le souhait de maintenir la tradition pianistique de Chopin et de saisir l’école polonaise d’interprétation en la contrastant avec d’autres écoles nationales de piano a été à l’origine de la création du concours en 1927. Au fil du temps, le Concours est toutefois devenu plus qu’un simple forum d’interprétation du piano. Pendant la période socialiste en Pologne, il a joué un rôle dans l’éducation musicale de masse de la société du pays, et a servi de fenêtre sur le monde à l’époque où la vie musicale polonaise s’ouvrait au public international. Aujourd’hui, à l’heure de la mondialisation, il touche un public record en ligne et via les médias sociaux.

Ses éditions successives reflètent les changements esthétiques, politiques et médiatiques qui ont eu lieu dans le monde entier au cours du siècle dernier. À l’origine, le Concours ne faisait l’objet que de brèves références dans la presse quotidienne, pour évoluer vers une couverture radiophonique étendue après la Seconde Guerre mondiale, puis vers une couverture quotidienne sur disques vinyles tout au long des années 1950. Au cours de la décennie suivante, il a fait l’objet d’une couverture quotidienne dans la presse, avec des photos en couleur accompagnant les articles, et enfin, il est entré dans l’ère de la couverture en direct via le diffuseur national télévisuel. Plus récemment, une chaîne YouTube lui a été dédiée, complétée par des applications pour smartphones. Ces dernières années, 31 millions de téléspectateurs ont regardé le concours sur YouTube et sur des applications, sur les médias sociaux polonais et sur la chaîne de télévision en ligne « Medici ». Ce chiffre comprend 10 millions de Polonais, ce qui signifie que le Concours a été suivi par un Polonais sur trois. À Varsovie, les échanges spontanés d’opinions sur les performances des différents concurrents dans les trams et les taxis sont devenus monnaie courante.

Le Concours, tout comme la figure de Chopin lui-même, fait désormais partie du paysage urbain de Varsovie. Après tout, Varsovie est la ville où Chopin a grandi, et son Académie de musique, ainsi que l’aéroport, portent son nom. Dans la ville, le nombre de souvenirs, de monuments, de concerts et de sentiers touristiques sur les traces de Chopin ne peut que rivaliser avec les commémorations de Wolfgang Amadeus Mozart à Salzbourg, en Autriche. D’ailleurs, même l’histoire de la reconstruction après-guerre du siège de la Philharmonie nationale à Varsovie est liée au Concours Chopin, puisque son inauguration devait coïncider avec la 5e édition du Concours.

Les lauréats du Concours font partie de l’imaginaire national polonais. Ils sont chaleureusement accueillis par le public et leurs victoires sont célébrées tout au long de leurs tournées, encore longtemps après la fin du concours. Les enregistrements de la musique de Chopin par les lauréats des éditions précédentes, publiés régulièrement par Deutsche Grammophon, ont atteint le triple platine et ont conduit les artistes à coopérer régulièrement avec ce label de musique classique. Jusqu’à présent, Deutsche Grammophon a publié pas moins de 28 disques des lauréats des trois derniers concours.

Le Concours international de piano Fryderyk Chopin est un phénomène culturel exceptionnel. Il est étudié non seulement par des musicologues, mais aussi par des experts spécialisés dans les études culturelles ainsi que des anthropologues culturels qui l’analysent, non seulement comme un concours de piano parmi tant d’autres dans le monde, mais surtout comme un exemple de phénomène de culture savante devenu une institution culturelle, captant invariablement l’attention du grand public tous les cinq ans.


A propos de l’auteur

Le Dr Ada Arendt est historienne de la culture, traductrice, professeur adjoint à l’Institut de la culture polonaise de l’Université de Varsovie

Elle est co-auteur du livre « The Chopin Games. Histoire du concours international Fryderyk Chopin en 1927-205 », traduit par Tomasz Zymer (Varsovie, 2020).

Scheduled Actualité Musique