9.09.2022 - 11.09.2022 Actualité, Événements, Littérature

La bande dessinée ukrainienne

Article à l’occasion de la participation d’auteurs ukrainiens à la Fête de la BD à Bruxelles par Artur Wabik

 

Après 1945, l’Europe était divisée par le rideau de fer, à travers lequel on arrivait de temps à autre à discrètement faire passer des choses. L’une de ces denrées rares était la bande dessinée, notamment le célèbre magazine Vaillant, qui est devenu une source d’inspiration pour de nombreux artistes polonais. Bien que le magazine ait eu ses homologues d’Europe de l’Est, ils n’ont jamais représenté un niveau éditorial aussi élevé. Avec le temps, un marché de la bande dessinée complètement distinct s’est développé en Europe de l’Est. Cependant, de nombreuses bandes dessinées créées en Bulgarie, en Tchécoslovaquie, en Pologne ou en Hongrie ressemblaient aux séries francophones classiques. La situation était bien pire dans les pays de l’Union soviétique. En Ukraine, la bande dessinée était pratiquement inexistante jusqu’à l’effondrement de l’URSS en 1991.

Le dessinateur de bande dessinée ukrainien le plus connu aujourd’hui est Igor Baranko. Né en 1970 à Kiev, il est entré en contact dans sa jeunesse avec les premières œuvres de Grzegorz Rosinski, ansi qu’avec le journal français L’Humanité, qu’on pouvait  acheter en URSS. Baranko se souvient que c’est à ce moment qu’ il a décidé de sa future vie professionnelle. Entre 1993 et 1998, il a publié plusieurs titres sur le marché ukrainien stagnant, dont « Mamaya la Victorieuse », « Le retour de Mamaya » et « Światosław et le Viking ». Parallèlement, il envoie ses œuvres à des maisons d’édition et des fanzines européens, mais sans succès.

En 1999, Baranko a eu la chance de gagner à la loterie des visas, ce qui lui a permis de s’installer aux États-Unis. C’est là qu’il a créé ses bandes dessinées les plus célèbres, qui ont été publiées sur le marché français et dans la maison d’édition Les Humanoïdes Associés. Il a acquis une renommée internationale avec sa bande dessinée « Jihad » (publiée en France sous le titre « Empereur de l’océan »), qui raconte l’histoire d’un dictateur russe qui tente de convoquer les esprits de Gengis Khan et de la Horde d’or pour construire un empire du Pacifique à l’Atlantique.

 

 

Les lecteurs polonais ont fait connaissance avec l’artiste quelques années plus tôt, grâce à la bande dessinée « Pifitiada », qui depuis 2000, était publiée par épisodes dans le magazine de bande dessinée AQQ. Malgré cela, Baranko n’a acquis une plus grande popularité en Pologne qu’à la fin de la première décennie du XXIe siècle, grâce à la bande dessinée « Maksym Osa », dont l’action se déroule dans la réalité du XVIIe siècle de la République de Pologne. Il s’agit d’une histoire policière captivante dont le protagoniste est un cosaque – une figure cruciale de l’identité nationale ukrainienne.

Le personnage du cosaque est également exploité dans une série de bandes dessinées aventureuses « Daogopa » » de Maxim Prasolov, Oleksiy Chebykin et Oleg Kolov. Leur intrigue est centrée sur les Cosaques de Zaporozhian Sicha, représentants d’un puissant ordre de chevaliers maîtres des arts martiaux et de la magie dans l’Ukraine médiévale. Dans l’avant-propos de la bande dessinée, l’éditeur souligne qu’il est impossible d’imaginer l’Ukraine sans les Cosaques et la culture Sich, qui constituent encore aujourd’hui le fondement de notre État.

En ce qui concerne les éditeurs, il convient de mentionner Ukrainian Assembly Comix, qui est une association de créateurs, de petites maisons d’édition et de magasins de bandes dessinées basées, entre autres, à Lviv et à Kolomyia. Le projet est dirigé par Bohdan Kordoba (scénariste et éditeur) et Ruslana Koropetska (rédactrice en chef). Parmi les artistes associés à UA Comix figurent des scénaristes et des dessinateurs : Andriy Dankovych (« Sarcophage », « Peste »), Anton-Yaroslav « Fudjack » Semeniuk (« Anti-héros », « Trois contre le mal » ; avec Taras Yarmus), Yarko Filevich et bien d’autres.

En réponse à l’agression russe de 2014 en Crimée et dans le Donbas, le projet d’édition « La volonté » a été créé et s’inspire, dans une certaine mesure, du marché américain. Les albums ultérieurs publiés dans son cadre, bien que dessinés par des dessinateurs différents, font partie d’un univers commun, avec des personnages historiques authentiques. Ils comprennent, entre autres, l’hetman Pavlo Skoropadski, le cosaque Maksym Krzywonos, le fantôme du tsar Nicolas II et l’espionne polonaise Agnieszka Brzezińska. L’intrigue de toute la série a pour toile de fond la révolution ukrainienne de 1917-1921. Cependant, « La volonté » n’est pas une bande dessinée historique, ce dont le lecteur est assuré par les robots steampunk et les zombies bolcheviques qui y apparaissent.

 

 

L’initiateur et producteur de « La volonté » est Vyacheslav Bugayov, et l’un des scénaristes est Denys Skorbatiuk : un traducteur et chercheur de l’histoire de la bande dessinée ukrainienne. Outre les bandes dessinées, l’univers de « La volonté » comprend également un jeu de société, un roman et des figurines à collectionner. Une production aussi importante permet à « La volonté » d’être considéré comme le premier IP (intelectual property) ukrainien de style occidental, sur la base duquel sont produites des adaptations à l’écran et des adaptations pour d’autres médias. « La volonté » a même été apprécié par l’ancien président de l’Ukraine Petro Porochenko, qui possède un exemplaire de la bande dessinée dans sa bibliothèque.

Parallèlement à « La volonté », la série « Cyborgs » a commencé à apparaître sur le marché ukrainien et est consacrée à la célèbre unité de l’armée ukrainienne, participant, entre autres, aux batailles pour l’aéroport de Donetsk. Cependant, dans cette série il n’y a pas de place pour les phénomènes paranormaux et les versions alternatives de l’histoire ; les numéros suivants relatent fidèlement les événements des huit dernières années.

Après la montée en puissance de l’agression russe contre l’Ukraine, en février de cette année, de nombreux illustrateurs ont rejoint les actions défensives, mais nombreux sont ceux qui ont quitté le pays. L’une d’entre elles est Kateryna Kosheleva, qui vit aujourd’hui à Wrocław, où elle travaille sur sa monumentale bande dessinée « For Their Own Good », maintenue dans une convention post-apocalyptique. Les épisodes suivants peuvent être lus gratuitement sur le site web de l’artiste, qui demande en contrepartie des dons pour les forces des armées ukrainiennes. La bande dessinée est écrite en anglais. Plus d’une centaine de planches sont déjà disponibles en haute qualité.

 

 

Le phénomène le plus intéressant de ces derniers mois est celui des courtes bandes dessinées documentaires créées par des artistes féminines situées dans la zone de combat et publiées régulièrement sur Instagram. Originaire de Bakhmut, dans la région de Poltava, Masha Vyshedska crée une série de BD one-shot intitulée « L’histoire des personnes restées en Ukraine », dans laquelle elle dépeint l’actualité de l’est du pays. Il est important de noter que l’artiste écrit ses dialogues en anglais, ce qui lui permet de toucher un public plus large.

 

 

«  La double exposition » est une série de dessins d’Inga Levi, une artiste de Kiev, qui utilise un procédé narratif qui consiste à juxtaposer des événements de guerre à des événements similaires de temps de paix. Les images sont superposées de telle sorte que le spectateur suit des yeux les lignes sélectionnées, ce qui lui permet de ne voir qu’une seule des deux scènes représentées. Les bandes dessinées de Levi, sont montrées sur ses profils de médias sociaux, ainsi que dans le pavillon ukrainien de la Biennale de Venise de cette année.

 

 

La série d’illustrations d’Dartsya Zironka « New Ukrainian Pantheon », qui représente des combattants, des volontaires et des médecins sous la forme de divinités anciennes, ne peut être omise de cette liste. Les illustrations sont très populaires et ont déjà trouvé leur place sur des T-shirts, entre autres. Zironka les a mis gratuitement à la disposition pour tous ceux qui le souhaitent, en demandant des dons pour soutenir la défense de l’Ukraine.

 

 

Des échos d’événements tragiques récents, tels que l’attaque de la gare de Kramatorsk ou le massacre de Bucarest, se retrouvent dans les illustrations d’Albina Kolesnichenko, qui vit à Czernichow. La jeune artiste consacre une large place au thème des réfugiés et de l’aide humanitaire. Elle invite également à offrir de l’argent à des organisations caritatives.

 

 

Les exemples ci-dessus montrent clairement que les bédéistes et les illustrateurs ukrainiens ne sont pas indifférents à la guerre en Ukraine et participent activement à l’information du monde sur son déroulement. Quelle époque, quelle bande dessinée – cela vaut la peine de s’intéresser aux deux.

 

Artur Wabik


Cette année, l’artiste ukrainienne invité par l’Institut Polonais de Bruxelles à la Fête de la BD est
Yulia Vus
Venez la rencontrer du 9 au 11 à Tour et Taxis

from to
Scheduled Actualité >Événements >Littérature