10.04.2020 article, Patrimoine & société

Le dixième anniversaire du crash de l’avion présidentiel à Smolensk

Le 10 avril 2010, un avion spécial TU-154M avec à son bord le Président de la République de Pologne, Lech Kaczyński, et la Première Dame, Maria Kaczyńska, a décollé de Varsovie à destination de Smolensk. Ce jour-là, au cimetière de guerre de Katyn, la délégation officielle devait participer à un événement commémorant le génocide commis à cet endroit 70 ans plus tôt. L’avion transportait 96 personnes, dont des membres des autorités suprêmes de l’État, des représentants de la société civile ainsi que des communautés religieuses, des commandants militaires de haut rang et l’équipage de l’avion. Tous les passagers du vol sont morts dans la catastrophe aérienne ayant eu lieu lors de l’atterrissage à l’aéroport militaire près de Smolensk.

La délégation qui se rendait à la cérémonie à Katyn le 10 avril 2010 était composée d’élites polonaises représentant diverses sensibilités politiques et sociales ainsi que diverses croyances religieuses. Elle comprenait les vice-présidents de la Diète (Sejm) et du Sénat, un groupe de parlementaires, des commandants de toutes les forces armées polonaises, des fonctionnaires de la Chancellerie du Président, des chefs de plusieurs institutions de l’État, des ecclésiastiques, des représentants des ministères, des membres d’organisations d’anciens combattants et d’organisations sociales ainsi que des personnes accompagnantes. A bord, se trouvait une personne faisant le lien entre la Pologne d’aujourd’hui et celle d’avant-guerre, la Deuxième République ; il s’agissait du dernier Président polonais en exil, Ryszard Kaczorowski.

Ceux qui ont pris le vol pour Smolensk partaient pour Katyn afin de rendre hommage aux victimes des exécutions de masse effectuées dans les forêts de Katyn, Mednoye, Kharkov, Bykovnia et Kuropaty par le NKVD au printemps 1940 sur ordre des autorités suprêmes de l’Union soviétique. Le massacre de Katyn a coûté la vie à des prisonniers de guerre polonais, parmi lesquels des officiers, des universitaires, des ecclésiastiques de toutes confessions, des greffiers et des fonctionnaires, des représentants des professions libres et des entrepreneurs, tous membres de l’élite de la Deuxième République de Pologne. Le crime de Katyn et l’accident d’avion de Katyn constituent chacun un symbole de l’histoire de la Pologne dans sa dimension tragique. En raison de la catastrophe de l’avion TU-154M, le président Lech Kaczyński n’a pas pu prononcer son discours préparé pour le 70e anniversaire du génocide de Katyn.

« Œuvrons pour que la plaie de Katyn puisse enfin guérir et cicatriser », avait écrit le président à l’époque.

Son message qui n’a pas été prononcé le 10 avril 2010 résonne aujourd’hui, dix ans plus tard, avec la même force.

Les événements de cette journée ont ébranlé des millions de Polonais ainsi que l’opinion publique internationale. Les participants de ce vol resteront à jamais dans notre mémoire.

Bureau de presse du Ministère des Affaires étrangères

Planifié article Patrimoine & société