21.04.2021 - 31.12.2021 à lire : patrimoine et société, article, Patrimoine & société

PORTRAITS D’INVENTEURS ET DE DÉCOUVREURS POLONAIS

PORTRAITS D’INVENTEURS ET DE DÉCOUVREURS POLONAIS

Les inventeurs et découvreurs polonais et leur contribution dans la science universelle

Les hommes et femmes de science qui ont changé le cours de l’histoire de l’humanité nous fascinent toujours. Parmi eux, des scientifiques polonais de génie se sont inscrits dans les annales des découvertes révolutionnaires. Les mérites de Nicolas Copernic (Mikołaj Kopernik) ou de Maria Skłodowska-Curie sont d’une importance majeure pour le destin du monde de la science, leurs réalisations sont enracinées dans la conscience universelle.

Mais d’autres inventeurs et découvreurs polonais sont beaucoup moins connus. Certains sont tombés dans l’oubli. Il est important de rappeler les mérites de ces chercheurs polonais trop souvent sous-estimés ou tout simplement méconnus.

La série que l’Institut Polonais de Paris vous présente est une sélection non exhaustive. Elle sera régulièrement enrichie de nouveaux portraits.

Vitellion / Witelon (1230 ? – 1314 ?)

Vitellion, moine et grand savant du Moyen-Ȃge, fut le premier scientifique polonais de classe mondiale. Considéré comme le père de l’optique, pour ses conceptions novatrices sur l’anatomie de l’œil et la physiologie de la vision, mais aussi comme créateur des fondements des connaissances psychologiques.

Son nom apparaît sous différentes formes : Witelon, Witelo, Witello, Vitellon, Vitellio, Vitelo, Vitello, Vitello Thuringopolonis, Vitellonis. En Pologne Witelon, en France, il est connu plutôt sous le nom de Vitellion. Physicien, mathématicien, philosophe, opticien, créateur des fondements de la psychologie de la perception, figure importante de la théologie et de la philosophie en Pologne. Il se consacra particulièrement à la « philosophie naturelle ».

Les dates de sa naissance et de sa mort ne sont pas certaines. Il serait né vers 1230 à Legnica, en Basse-Silésie, et mort vers 1314. Fils d’un résident de Thuringe et d’une noble polonaise, il fréquenta l’université de Padoue vers 1260, puis voyagea à Viterbe.

Il est surtout connu par son traité d’optique et de physiologie de la vision, De Perspectiva, écrit entre 1270 et 1278, publié à Nuremberg en 1535. Ce traité, réédité de nombreuses fois, même plusieurs centaines d’années après sa mort, a été largement connu.

Les idées de Vitellion sur l’anatomie de l’œil et la physiologie de la vision étaient très innovantes. Ses découvertes ont été mis à profit notamment par Léonard de Vinci, Nicolas Copernic (Mikołaj Kopernik) et Johannes Kepler. En plus des problèmes physiques d’optique, dans lesquels il s’est inspiré des idées de l’érudit arabe Alhazen, il a examiné la propagation rectiligne de la lumière, sa réflexion, diffusion, réfraction, phénomènes atmosphériques légers, il a également analysé l’aspect psychologique de la perception, comme l’association d’idées et du subconscient. Vitellion est considéré comme le créateur des fondements des connaissances psychologiques, psychiatriques et psychopathologiques.

Le traité De Perspectiva aborde également la métaphysique platonicienne : Vitellion y affirme l’existence de corps et d’idées, liés par la causalité.

La postérité de Vitellion est considérable dans la mesure où son traité est le premier ouvrage à traiter quantitativement du phénomène de réfraction de la lumière dans différents milieux, alors qu’avant lui seule la réflexion lumineuse paraissait susceptible d’une étude géométrique. Ses mesures seront reprises systématiquement par Johannes Kepler et Thomas Harriot, jusqu’à la formulation de la loi de Snell et Descartes. À ce titre, la diffusion du traité De Perspectiva marque un jalon important dans la naissance d’une science expérimentale et quantitative.

En hommage à ce grand penseur de l’époque médiévale, un cratère sur la Lune a été nommé Vitello.

FR : https://fr.wikipedia.org/wiki/Vitellion

ENG : https://en.wikipedia.org/wiki/Vitello

PL : https://pl.wikipedia.org/wiki/Witelon

[PORTRAITS D’INVENTEURS ET DE DÉCOUVREURS POLONAIS]

Nicolas Copernic / Mikołaj Kopernik (1473-1543)  

Nicolas Copernic était un astronome polonais du XVIe siècle, universellement reconnu pour son système héliocentrique. Il est considéré comme le père de l’astronomie moderne. Il a révolutionné notre conception de l’Univers. Sa théorie de l’héliocentrisme a marqué un tournant dans l’histoire de la pensée et du progrès scientifique. Selon cette théorie, la Terre tourne autour du Soleil, supposé au centre de l’Univers, contre l’opinion alors admise, que la Terre était centrale et immobile. Les conséquences de cette théorie, ayant causé de profonds changements des points de vue scientifique, philosophique et religieux, sont désignées comme la « révolution copernicienne ».

Nicolas Copernic (polonais : Mikołaj Kopernik), né le 19 février 1473 à Toruń et mort le 24 mai 1543 à Frombork, était un moine et astronome polonais, médecin et mathématicien. Il perd son père à l’âge de dix ans. Il est adopté par son oncle, évêque de Cracovie, qui l’inscrit à l’université de Cracovie, afin qu’il fasse une carrière ecclésiastique. Nommé chanoine de Frombork, il part en Italie pour étudier le droit canonique à l’université de Bologne. En Italie, il suit des cours de médecine et d’astronomie, domaines qui l’intéresse beaucoup. Il enseigne les mathématiques à Rome en 1500 et revient l’année suivante en Pologne. Il y reste un an, puis retourne en Italie pour finir ses études. Il obtient un doctorat en droit canonique en 1503 à Ferrare et regagne Frombork, pour remplir ses obligations de chanoine. Il fait construire un observatoire pour effectuer des recherches en astronomie.

En 1512, il commence à rédiger son œuvre majeure, « Révolution des sphères célestes », sur laquelle il travaille pendant dix-huit ans. Ses idées sont en totale contradiction avec la vision de l’Univers de son époque. Copernic propose une rupture radicale dans l’organisation du cosmos jusque-là établie : les systèmes du monde admis à son époque, et ceci depuis Ptolémée, avaient un point commun, leur géocentrisme : la Terre immobile était au centre de l’univers et tous les astres tournaient autour d’elle. Fort d’un travail de recherche de trente-six ans, Copernic prétend le contraire ; il place le Soleil au centre de l’Univers, la Terre devenant une planète tournant sur elle-même et faisant une rotation autour du Soleil, la Lune étant le satellite de la Terre. Il fonde ainsi une théorie de l’héliocentrisme.

Les idées de Copernic sont vivement contestées aussi bien par ses pairs que par l’Eglise, attachée au système géocentrique. Dans la préface de son livre, Copernic indique, pour ne pas froisser l’Eglise qui soutient le système de Ptolémée, que son système n’est qu’une hypothèse. Son livre de 400 pages est publié en 1543 à Nuremberg. Quelques heures avant de mourir, Copernic aura la chance de voir un des premiers exemplaires imprimés de son livre. Il s’éteint le 24 mai 1543 à Frombork en Pologne, à l’âge de 70 ans.

Les théories de Copernic, ses découvertes sur la Terre, la Lune et le Soleil au centre de notre système, ont révolutionné l’astronomie. Elles ont aussi bousculé les modes de pensée et la philosophie de son époque, en affirmant que l’homme n’était pas au centre de l’Univers. Il faudra attendre la fin du XVIIe siècle et les idées d’Isaac Newton sur la mécanique céleste pour que la conception de Copernic soit reconnue en Europe.

D’innombrables hommages et références à Copernic et son héritage sont présents en Pologne et dans le monde jusqu’à nos jours. Son nom a été donné à des cratères sur la Lune et sur Mars, à un astéroïde, ainsi qu’à des prix scientifiques, des rues et des institutions.

En 2023, le 550e anniversaire de la naissance de Nicolas Copernic sera célébré sous les auspices de l’UNESCO.

FR : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Copernic

ENG: https://en.wikipedia.org/wiki/Nicolaus_Copernicus

PL : https://pl.wikipedia.org/wiki/Miko%C5%82aj_Kopernik

Plus d’informations : https://instytutpolski.pl/paris/2021/04/21/portraits-dinventeurs-et-de-decouvreurs-polonais/

Johannes Hevelius au Jan Heweliusz (1611-1687)

est un astronome qui, dans l’histoire de sa discipline, se place entre Galilée et Newton. Il est fondateur de la topographie de la Lune. Il est découvreur de comètes et compilateur d’un catalogue d’étoiles. Il a décrit dix nouvelles constellations, dont sept sont encore utilisées par les astronomes. En plus de l’étude d’objets célestes, il construit des instruments scientifiques et entretient une large correspondance avec les savants de l’époque.

Scientifique germanophone, Hevelius est né le 28 janvier 1611 à Gdańsk et mort le 28 janvier 1687 à Gdańsk. Sa ville natale est alors une ville hanséatique de la République des Deux Nations. Hevelius se décrira plus tard comme « un citoyen du monde polonais », et la Pologne le considère comme son citoyen.

Il fut non seulement astronome, mathématicien et concepteur d’instruments d’observation, mais aussi un entrepreneur et un citoyen engagé. Toute sa vie, il joue un rôle dans la corporation des brasseurs et dans la politique municipale de Gdańsk.

Il a eu droit aux nombreux honneurs posthumes. Son nom a été donné à un cratère lunaire, un astéroïde, un paquebot, un centre scientifique et éducatif Hewelianum à Gdańsk. Une statue de Hevelius a été érigé devant le vieil hôtel de ville de Gdańsk. Le quatrième centenaire de la naissance de Hevelius en 2011 a fait l’objet de plusieurs manifestations en Pologne. Une bière polonaise s’appelle Johannes en son honneur.

FR : https://fr.wikipedia.org/wiki/Johannes_Hevelius

ENG : https://en.wikipedia.org/wiki/Johannes_Hevelius

PL : https://pl.wikipedia.org/wiki/Jan_Heweliusz

Ignacy Łukasiewicz (1822-1882) 

Ignacy Łukasiewicz, industriel polonais, chimiste, pharmacien, inventeur de la lampe à pétrole et pionnier de l’industrie pétrolière. Il a créé le premier puits de pétrole dans le monde et a fondé la première raffinerie de pétrole. Activiste révolutionnaire, militant indépendantiste, philanthrope.

Il a été le premier au monde à exploiter les avantages du pétrole brut à l’échelle industrielle. Organisateur très efficace, il a fait fortune grâce au pétrole. Grand militant social, il a favorisé la construction de routes, de ponts, d’écoles et d’hôpitaux. Il a œuvré pour le développement de l’industrie pétrolière émergeante.

Jan Józef Ignacy Łukasiewicz est né le 8 mars 1822 à Zaduszniki en Galicie, dans une famille noble mais désargentée des armoiries de Łada, et mort le 7 janvier 1882 à Chorkówka. De 1848 à 1852, il a suivi des études de pharmacie à l’Université Jagellon de Cracovie. À la suite de ses travaux sur la distillation du pétrole par distillation fractionnée menés avec Jan Zeh à la pharmacie « Pod Złotą Gwiazdą », il inventa en 1853 la première lampe à pétrole moderne. En 1854, à Bóbrka, près de Krosno en Galicie de sud-est, il fonda le premier puits de pétrole au monde, toujours en fonctionnement aujourd’hui. En 1857, il ouvrit la première raffinerie pétrolière. Entre 1868 et 1881, il inaugura plusieurs mines de pétrole dans les monts du Beskid Dukielski.

Son objectif était aussi le développement de l’industrie pétrolière galicienne naissante, non pas personnellement mais en convainquant et aidant les autres à la création d’industries et sociétés. Ainsi, il a montré ses outils et méthodes à des Rockefeller qui sont venus d’Amérique pour voir ses installations – puits et raffineries. Ils ont reçu toutes les informations et ont fait des croquis. Quand les Rockefeller ont demandé combien il voulait être payé pour les informations transmises, il les a gentiment remerciés, gêné. Ainsi, 5 ans après le premier puits polonais de Łukasiewicz à Bóbrka, le 28 août 1859 le premier forage pétrolier américain était effectué à Titusville (Pennsylvanie) par Edwin Drake, suivi ensuite par la Standard Oil des Rockefeller.

Ignacy Łukasiewicz fut également démocrate, membre du mouvement indépendantiste polonais Towarzystwo Demokratyczne Polskie et grand philanthrope, attentif à permettre au plus grand nombre d’utiliser le pétrole. À cette époque, il s’agissait des lampes à pétrole – il distribuait donc ses lampes gratuitement à des institutions caritatives et les approvisionnait gratuitement en pétrole. Il a promu aussi la création de vergers, la construction de routes et de ponts, écoles, églises et hôpitaux, en finançant un certain nombre d’ouvrages de sa poche. Il a lutté contre la pauvreté et l’alcoolisme, il a créé des fondations d’entraide caritative et les fonds de retraite. On disait de lui que « toutes les routes de la Galicie occidentale ont été pavées avec des guldens de Łukasiewicz », le gulden était à l’époque la monnaie en cours en Galicie. Les ouvriers l’appelaient « Père Ignace ».

En 1873, le pape Pie IX lui attribua le titre de Chambellan du Pape et l’Ordre de Saint-Grégoire-le-Grand pour ses activités de bienfaisance.

Plus d’informations :

FR : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ignacy_%C5%81ukasiewicz

FR : https://www.lopinion.fr/edition/international/revolution-petroliere-a-commence-en-pologne-247344

ENG : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ignacy_%C5%81ukasiewicz

PL : https://pl.wikipedia.org/wiki/Ignacy_%C5%81ukasiewicz

Plus d’informations : https://instytutpolski.pl/paris/2021/04/21/portraits-dinventeurs-et-de-decouvreurs-polonais/

Stanisław Ulam (1909-1984)

Stanisław Ulam, né le 13 avril 1909 à Lemberg (Lviv), alors en Pologne, et mort le 13 mai 1984 à Santa Fé aux États-Unis, était un mathématicien polonais et américain de génie, issu de l’École mathématique de Lwów, éminent scientifique, reconnu également dans le domaine de la physique mathématique et nucléaire. Il fut l’un des grands esprits du XXe siècle. Sa créativité était légendaire et ses découvertes nombreuses.

Ulam a inspiré le développement de la propulsion nucléaire (projet Orion), l’invention dont il était le plus fier. Le Projet Orion fut la première étude de conception d’un véhicule spatial mû par propulsion nucléaire pulsée, idée proposée par Ulam en 1947.

Il a de grands mérites dans les domaines de la topologie, de la théorie des ensembles, de la théorie des mesures et des processus de branchement. Il a été le fondateur des méthodes numériques, comme la méthode de Monte Carlo. Il a également été l’un des premiers scientifiques à utiliser un ordinateur dans leurs travaux. Sa contribution la plus notable dans ce domaine se trouve dans l’expérience de Fermi-Pasta-Ulam, une étude numérique pionnière d’un système dynamique.

Il a participé au projet Manhattan, et est à l’origine de la conception Teller-Ulam des armes thermonucléaires. Il a découvert le concept de l’automate cellulaire. En mathématiques pures et appliquées, il a prouvé certains théorèmes (Théorème de Borsuk-Ulam) et a proposé plusieurs conjectures.

Il a écrit une autobiographie, intitulée « Les Aventures d’un mathématicien », traduite en français.

Stanisław Ulam mourut à Santa Fé. Sa femme, Françoise Aron Ulam, journaliste et universitaire française, a déposé ses cendres au cimetière du Montparnasse à Paris.

FR : https://fr.wikipedia.org/wiki/Stanislaw_Ulam

FR : https://www.futura-sciences.com/sciences/personnalites/matiere-stanislaw-marcin-ulam-254/

ENG : https://en.wikipedia.org/wiki/Stanislaw_Ulam

PL : https://pl.wikipedia.org/wiki/Stanis%C5%82aw_Ulam

Józef Marcinkiewicz (1910-1940)

Józef Marcinkiewicz était un brillant mathématicien polonais, auteur d’ouvrages dans le domaine de l’analyse mathématique, docteur en philosophie, professeur associé à l’Université Stefan Batory de Wilno (Vilnus), lieutenant de réserve d’infanterie de l’armée polonaise, victime du massacre de Katyn à l’âge de 30 ans.

Né le 30 mars 1910 à Cimoszka, assassiné en 1940. En 1933, il est diplômé de l’Université Stefan Batory de Wilno (Vilnus). Dès sa deuxième année d’études, il commence des travaux scientifiques. Il obtient le titre de docteur en philosophie. Il devient professeur associé de son université. Il est lieutenant de réserve d’infanterie de l’Armée Polonaise.

En 1939, après avoir reçu une bourse, il se rend à Paris, puis à Londres. Après avoir appris que la guerre est imminente, il retourne en Pologne. Il confie à ses parents ses notes et manuscrits. Il prend part aux hostilités, affecté au 41e régiment d’infanterie. Après l’invasion soviétique de la Pologne le 17 septembre 1939, il est fait prisonnier par l’Armée rouge, interné dans un camp de prisonniers de guerre à Starobielsk. La date et le lieu exact de sa mort restent inconnus, mais on pense qu’il est mort au printemps 1940, lors du massacre de Katyn, assassiné par le NKVD. Ses parents, à leur tour, sont déportés par le NKVD en Sibérie, où ils sont morts de faim dans un camp. En conséquence, tous les manuscrits scientifiques que Marcinkiewicz leur a confiés ont été perdus sans laisser de trace.

Malgré seulement six ans d’activité scientifique, il a publié plus de 50 ouvrages sur la théorie des fonctions d’une variable réelle, les séries trigonométriques, l’interpolation de fonctions avec des polynômes trigonométriques, les opérations fonctionnelles, les systèmes orthogonaux, les fonctions d’une variable complexe et la théorie des probabilités.

Outre des résultats originaux et importants, les travaux de Marcinkiewicz contiennent de nombreuses idées, encore mal exploitées aujourd’hui, qui inspirent toujours de nombreux mathématiciens. L’un de ses résultats les plus importants est le Théorème d’interpolation de Marcinkiewicz, qui est une généralisation du théorème de Riesz-Thorin sur l’interpolation dans les espaces. En l’appliquant, il a obtenu de nombreux théorèmes de la théorie des séries trigonométriques. Dans une série de travaux, il a indiqué des différences significatives dans les propriétés des polynômes d’interpolation des fonctions continues et des polynômes d’approximation des sommes partielles des Séries de Fourier de fonctions. Dans la théorie des probabilités, on connait le théorème de Marcinkiewicz, qui dit qu’une fonction exponentielle basée sur le nombre e, et un exposant d’un polynôme d’un degré supérieur à deux, n’est pas une fonction caractéristique d’une variable aléatoire.

La section de Toruń de la Société mathématique polonaise organise un concours annuel qui porte le nom de Józef Marcinkiewicz pour la meilleure thèse de mathématique.

L’Institut de la Mémoire Nationale a réalisé un documentaire sur Józef Marcinkiewicz, « L’Elu des dieux ».

FR : https://fr.wikipedia.org/wiki/J%C3%B3zef_Marcinkiewicz

ENG : https://en.wikipedia.org/wiki/J%C3%B3zef_Marcinkiewicz

PL : https://pl.wikipedia.org/wiki/J%C3%B3zef_Marcinkiewicz_(matematyk)

de à
Planifié à lire : patrimoine et société >article >Patrimoine & société